(encore) Un beau voyage

 

3h15 du matin, le réveil s'ébroue inutilement tandis que j'amorce la descente en direction de la cuisine. Le lit est un luxe dont on devrait savoir se passer de temps en temps. Il nous anesthésie et j'entrevois une existence où, sans ce dernier, les matins ne seraient pas si durs. Je coupe donc derechef la chique de l'emmerdeur avant qu'il ne réanime la maisonnée. Et je suis déjà parti. Enfin je suis déjà « là haut ». Même si tout reste à faire, c'est un fait.

Le Mont-Blanc m'aimante régulièrement et cette année, alors que je le regarde sans l'espérer depuis sept années, je vais enfin y retourner. Ce n'est qu'une question de timing. Ce n'est qu'une question de motivation. Ce n'est qu'une question de personnes (les bonnes). Mais à force, il en faut tellement des petits riens pour, ne serait-ce qu'entrevoir la possibilité d'une échappée d'altitude...

Alors voilà, tout est réuni. On y va, c'est officiel ! Enfin, c'est décidé depuis à peine 5 jours, mais c'est un coup de poker, une chance, un créneau météo. Et sans lui, l'aventure s'arrête sans avoir débuté.

Donc il fait beau, on est deux et on progresse à la lumière des frontales. C'est un vrai périple parce que dans la même journée, on sera passés par des ambiances et des paysages tellement variés qu'on aurait pu y rester à chaque fois au moins vingt-quatre heures. La forêt, l'alpage, puis les pierres à perte de vue et enfin du blanc et plus que ça. Entre la neige et les nuages qu'on toise, il n'y a parfois que la vision des Gore-Tex flashy pour nous rappeler qu'on n'a pas changé d'univers. Allez-y une fois pour voir, c'est assez déstabilisant ! Reste qu'elle se mérite et, théoriquement, elle se prépare. En s'accommodant au climat : la fameuse ac-cli-ma-ta-tion. C'est à dire en laissant au corps le soin de s'adapter au manque d'oxygène. Ca évite d'avoir les tempes qui fanfaronnent passé trois mille cinq dès qu'on bouge le petit doigt. Et c'est donc bien pour cette raison qu'on s'est chié. Six cent mètres sous le sommet (comprendre une éternité), après une bonne journée dans les pattes depuis les Houches. Reste un trip sensationnel, une tentative vertueuse et, tout simplement, un beau voyage.  

 

Ascension du Mont-Blanc - Sept 2014

 

Photo : L'aiguille du Midi depuis l'Aiguille du Goûter au petit matin

© 2013 by Craig Lemaire. Proudly made by Wix.com

  • vimeo
  • Twitter Clean
  • facebook